Hassen Belkhouja: L'hommage des écologistes.

Hassen Belkhouja | Ras JebelHassan Belkhodja a été conduit lundi 30 novembre 1981 à travers les rues de Ras Jebel jusqu'à sa dernière demeure. Cette terre qui lui était si chère et dont il a défendu si jalousement la préservation du patrimoine.
Mais parmi les milliers de personnes qui ont suivi le cortège, peu - y compris ses intimes -imaginaient l'action qu'il a menée inlassablement depuis 1974, en faveur de la protection de la nature et de l'environnement.
Si Hassan a participé au printemps 1975 à l'Assemblée générale constitutive de l'Association «Les Amis des Oiseaux» dont il fut depuis le président d'honneur. C'est en sa qualité de ministre de l'Agriculture que de 1974 à 1979, il apporta soutien total et encouragement à l'ATPNE (Association Tunisienne pour la Protection de la Nature et de l'Environnement) dont il présida plusieurs assemblées générales et aux «Amis des Oiseaux».
Durant cette période, la législation tunisienne en matière de protection de la faune sauvage a connu un développement exemplaire. Si Hassan savait mieux que tout autre qu'une législation ne vaut que par son application et c'est pourquoi Il y veillait tout particulièrement. A ce propos nous avons encore en mémoire une action d'éclat de Hassan Belkhodia : c'était en 1978, un Emir d'un riche pays, accompagné d'une suite imposante de fauconniers et de serviteurs, débarqua un jour dans le Sud-Tunisien pour chasser au faucon sacré, l'outarde «houbara», oiseau rare en voie d'extinction dans plusieurs pays et strictement protégé en Tunisie. Notre Association dépêcha son vice-président auprès de Si Hassan dont le bureaux était toujours ouvert aux visiteurs. Sitôt mis au courant il appela au téléphone le gouverneur de Medenine et à celui-ci qui lui signalait qu'il s'agissait d'un «Grand Emir», Si Hassan rétorqua "Amir fi bladou", il est Emir chez lui... mais pas en Tunisie.
A l'époque l'affaire fit grand bruit au niveau le plus élevé. Si Hassan tint bon et l'Emir ne chassa pas au faucon sacré. Il dût plier bagage et partir chasser ailleurs qu'en Tunisie. Preuve s'il en faut des qualités de l'homme politique responsable des acquis de son pays et du militant jaloux de sa souveraineté au niveau de tous les problèmes auxquels il avait à faire face. Pendant que plusieurs milliers de personnes se recueillaient autour de la modeste Zaouia où il repose désormais, le ciel de Ras Jebel, à l'orage depuis dimanche matin s'est découvert, et les passereaux sédentaires et migrateurs hivernants, venus de très loin, passaient et repassaient au-dessus de la foule recueillie, rendant à leur façon un dernier hommage à leur ami disparu.

- AT.P.N.E. Les Amis des Oiseaux

Ami des hommes tant il avait érigé le bienfait et le service des autres en sacerdoce, Si Hassan aimait également et protégeait cette terre qui était sienne.
Cette terre avec toutes les composantes de son écosystème, il s'y consacra dès la prise en charge des destinées de l'Agriculture.
A la tête de ce département où il exerça un long ministère, il déploya des efforts remarquables, et se consacra avec la plus bienveillante attention aux problèmes de la protection de la nature et de l'environnement.
Si Hassan fut le premier, au plus haut niveau de responsabilité à mettre sur pied un système institutionnel et opérationnel dans ce domaine. Il fut l'un des premiers à y croire.
A l'écoute de nos associations, tant l'«Association Tunisienne pour la Protection de la Nature et de l'Environnement», que les «Amis des Oiseaux», il ne cessa de leur accorder audience et de leur apporter les encouragements efficaces.
Il sut donner, tout d'abord aux cinquante mesures qu'elle proposaient, puis aux interventions qu'elles sollicitaient, la crédibilité et l'efficacité à l'échelle nationale.
Si Hassan se voulait continuellement disponible comme si le sort d'une espèce menacée, le péril d'une nappe de pétrole ou tout autre menace de pollution le préoccupaient particulièrement au point de le trouver à son bureau ou à son domicile mobilisé au même titre que ses collaborateurs et que nos millitants.
En symbiose avec les instances des Nations Unies (Programme des Nations Unies pour l'Environnement) Si Hassan avait su placer la Tunisie dans l'arène des nations qui avaient fait de leur devise «Une Seule Terre» et qui œuvraient pour l'avènement d'un nouvel ordre écologique international. Les experts de toutes les nations, les grands seigneurs de la lutte écologiques comme le Commandant Cousteau qu'il avait personnellement tenu à accompagner à «La Galite» aussi soucieux qu'il était du sort d'une espèce en extinction (Le phoque de Méditerranée) que d'une nouvelle espèce d'élevage ovin... tous ces hommes avec nous se rappelleront et salueront la mémoire de celui qui, Ministre de l'Agriculture sut être aussi un grand ami de la terre, un protecteur de sa faune et de sa flore.

L'adieu des Ecologistes

Extrait de apollonia.com.tn

Hassen Belkhouja

Hassen Belkhodja (حسان بلخوجة), également orthographié Hassan Belkhodja, né le 10 mars 1916 à Ras Jebel et décédé le 29 novembre 1981, est un homme politique et homme d'affaires tunisien.… en lire plus

 

Med Ali Annabi

Mohamed Ali El Annabi (محمد علي العنابي), né le 15 décembre 1906 à Ras Jebel et décédé le 4 avril 1962, est un ingénieur et militant tunisien. Il est le premier Tunisien à être admis à l'École polytechnique.… en lire plus

Mauris a tortor ut

Aliquam ac congue nunc. Mauris a tortor ut massa egestas tempus. Pellentesque tincidunt fermentum diam sagittis ullamcorper.

Cras aliquet tellus sed dolor aliquet condimentum … read more

Integer dictum

Aliquam ac congue nunc. Mauris a tortor ut massa egestas tempus. Pellentesque tincidunt fermentum diam sagittis ullamcorper.

Cras aliquet tellus sed dolor aliquet condimentum … read more